l'ostéoporose : quels remèdes ?

Maladie évolutive qui ronge l’ossature et ébranle la stabilité, l’ostéoporose touche certains profils plus que d’autres, c’est vrai. Mais si ses complications sont sérieuses, son développement peut être évité en renforçant le squelette, dès à présent.


En France, l’ostéoporose est responsable de 35 000 fractures du poignet et de 50 000 fractures du col du fémur chaque année. Si la maladie touche davantage les femmes, de morphologie mince ou maigre, généralement après la ménopause, les hommes ne sont pas épargnés. Dans l’ostéoporose, la trame osseuse se déminéralise et perd progressivement en solidité au point que, parfois, la fracture survient sans chute ni choc. On parle alors de « fracture spontanée ». Pour prévenir le développement de l’ostéoporose et les risques de blessure, l’alimentation offre le meilleur des remparts. On parle beaucoup des bienfaits des laitages, mais sont-ils si adaptés aux besoins des os fragiles ?

Avaler des yaourts pour avaler des yaourts ne règlera rien

La lutte contre l’ostéoporose se gagne avec le calcium. Ce minéral, essentiel à la régénération et à la résistance osseuse, se trouve dans tous les produits laitiers, qu’ils soient issus du lait de vache, de brebis ou de chèvre, allégés ou non, sous forme de yaourts comme de fromages. Parmi ces derniers, l’emmental, le gouda et le cheddar constituent d’excellentes sources. Néanmoins, les laitages créent une acidité qui contribue à la décalcification de l’os. La naturopathie conseille d’abord de rétablir l’équilibre acido-basique. Une alimentation alcalinisant, riche en légumes variés, bannissant les viandes rouges, les fritures et l’alcool, aidera le corps à éliminer l’acidose. L’apport de laitages se fera ensuite en privilégiant des fromages, yaourts et fromages blancs biologiques, à raison de quelques portions par semaine seulement. On trouve aussi du calcium dans les sardines, les anchois, les crustacés, les brocolis, les haricots, les algues, les fruits secs et les boissons végétales enrichies.

S’aérer tous les jours

L’autre pilier du combat contre la faiblesse osseuse est l’activité physique. Faire un peu d’exercice chaque jour stimule la production osseuse. Le poids du corps sur le squelette et les contractions musculaires créent une contrainte sur l’ossature qui se renforce. La marche, le jogging doux et le vélo sont bien adaptés. La natation et l’aquagym le sont encore plus, car le poids du corps y est plus faible, mais les efforts bien réels. Ces disciplines douces se complètent harmonieusement avec du yoga qui travaille beaucoup sur l’équilibre de la posture
Aux effets sur le renforcement du squelette et des os, la pratique d’un sport en extérieur, en ce printemps naissant, ajoute l’intérêt d’une exposition aux rayons UV qui permettent de synthétiser la vitamine D, indispensable à une bonne absorption du calcium dans l’intestin. Une protection solaire avec un indice adapté est évidemment requise.
4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout